Traitement du TDAH : le neurofeedback

Neurofeedback… le nom fait son chemin, tout comme l’idée que cette technique pourrait guérir le trouble du déficit de l’attention. Ceci dit, son niveau d’efficacité n’est peut-être pas aussi important qu’on le souhaiterait.

Le neurofeedback, comment ça fonctionne?

Le neurofeedback est le terme qui désigne une technique qui vise à moduler et à mieux réguler l’activité cérébrale d’un individu, à l’aide de diverses mesures : la captation de la température du corps, de la respiration, du rythme cardiaque, de la tension musculaire, l’enregistrement des activités cérébrales, etc.

Tous ces renseignements sont des outils qui, avec l’aide d’un intervenant qualifié, peuvent servir à moduler les réactions physiologiques d’un patient et l’aider à exercer un certain contrôle sur son état.

Les spécialistes ne s’entendent pas sur son efficacité

Si, l’étude de Yucha et Montgomery démontre que le neurofeedback est « efficace » pour le traitement de l’anxiété, de l’épilepsie et de l’inattention, d’autres études (dont celle-ci) placent la technique dans la catégorie « probablement efficace ».

Dans Avis de l’ordre des psychologues du Québec sur le biofeedback et le neurofeedback, on peut lire que « les données de recherche montrent que le neurofeedback n’aurait pas d’effet sur les comportements observables d’hyperactivité/impulsivité, mais qu’il entraînerait des changements positifs sur les symptômes comportementaux observables d’inattention. »




En somme l’efficacité du neurofeedback est difficile à prouver et à déterminer. Ceci dit, il est compréhensible qu’un parent songe à se tourner vers cette solution lorsque la qualité de vie de son enfant (celle de la famille également, disons-le) et sa réussite scolaire sont en périls.

Une accréditation pour utiliser le neurofeedback

Il existe une accréditation pour utiliser la technique du neurofeedback : la Biofeedback Certification International Alliance (BCIA. Cette dernière rencontre des standards très rigoureux. Par contre, tous les psychologues membres de l’OPQ qui utilisent le biofeedback, ne sont pas certifiés par la BCIA.

Toujours selon l’OPQ, au Québec, « il y aurait douze personnes certifiées par la BCIA. Huit (8) parmi celles-ci seraient membres de l’OPQ, dont quatre (4) neuropsychologues. Il demeure toutefois que les psychologues font partie du système professionnel et que, de ce fait, qu’ils soient ou non accrédités, on peut garantir la qualité de leur pratique et de leur conduite, comme on le verra plus loin. »

Des lectures sur le sujet

Vous envisagez le neurofeedback ? Parlez-en à votre médecin traitant ! Vous pouvez également étoffer vos connaissances personnelles, grâce à la littérature disponible sur le sujet.

*Ce texte est à titre indicatif seulement et ne remplacera jamais un avis médical.



1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*