Merci aux élèves

Je ne suis pas éducatrice. Je ne suis même pas une vraie surveillante.

Je ne suis qu’une maman qui avait un gros deuil à vivre et je suis débarquée dans cette école, afin que le bruit des 700 élèves qui l’habitent fasse taire ce silence qui me rendait folle.

Je me suis fait Cheval de Troie et je me suis faufilée au milieu de leur enfance débordante de vie, pour trouver un petit supplément d’amour, une dose de beau, qui arriverait à remplir ce coup de canon que j’avais en plein ventre.

De septembre à juin, les mois ont passé et l’année scolaire vient de s’éteindre pour laisser place à autre chose…

Dans le toujours très bruyant remous de la jeunesse fougueuse, aujourd’hui, je leur ai dit adieu. Entre les fous rires baignés de larmes, j’ai reçu une kyrielle de jolis mots et de remerciements. Pour eux, j’ai fait une différence. Un rayon de soleil dans leur journée que certains ont même dit. J’étais émue et gênée.

Gênée, car c’est moi qui devrait leur rendre hommage.

Leurs sourires, leurs câlins, leurs confidences, leurs gros chagrins à consoler, leur nez à moucher, leurs espiègleries et leurs éclats de joie, chaque petite exigence, chaque démonstration d’affection ont été une bouée.

Un à un, je leur ai dit, mais publiquement, j’aimerais leur dire merci.

Chers élèves de Terre-Soleil, merci pour vos magnifiques imperfections, votre tranchante franchise et votre humanité plus grande que nature. Merci de m’avoir permis, d’un midi à l’autre, de faire ce que je fais de mieux au monde ; être une maman au quotidien.

Un merci tout spécial à mes petites tornades, celles qui portent sur leur cœur un T, un D, un A et un H. Merci d’avoir soufflé le froid et le chaud sur nos heures de dîners et d’avoir rythmé nos conversations au son de vos colères et de vos bonheurs. Merci pour cette vive lumière, celle qui brille derrière vos yeux malicieux, et qui a éclairé ma route d’une manière nouvelle.



Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*