Arrêter ou non la médication, pendant les vacances ?

À l’approche de l’été, la perspective d’arrêter la médication de votre enfant peut être alléchante. Après tout, lui aussi a bien le droit à de vraies vacances, loin des effets secondaires provoqués par la médication. La question se pose : doit-on cesser le traitement, pendant les vacances scolaires ?

À cette question, il n’existe aucune bonne ou mauvaise réponse. Pour la médication, comme pour le reste, lorsque l’on parle de trouble du déficit de l’attention (TDAH), il n’y a ni formule magique ni recette gagnante. Il y a, simplement, autant de solutions qu’il y a de patients.

Dans le cas d’un enfant dont la prise de médicament aurait des répercussions sur son sommeil et son appétit, par exemple, il pourrait être envisageable d’arrêter le traitement pendant les vacances.  Entre autres, pour lui permettre de se renflouer et de faire le plein d’énergie.

Attention à l’estime de soi

Le revers de la médaille : lorsque l’on cesse la médication, il faut s’attendre à un effet rebond et à ce que l’enfant se désorganise. Au-delà de l’inattention et de l’hyperactivité, les troubles associés (impulsivité, opposition, etc.) peuvent faire leur réapparition ou augmenter en flèche. L’enfant s’expose donc à plus de réprimandes et plus de rappels à l’ordre. En bout de ligne, son estime de soi peut être affaiblie et l’arrêt de la médication peut causer plus de dommages que de biens.

Un impact sur toute la famille

Le bien-être de la famille n’est pas à négliger. On le sait, lorsqu’un membre de la famille vit avec un TDAH, tous les autres membres souffrent également. Pour que les vacances soient agréables et reposantes pour tout le monde, il faut aussi penser à l’impact qu’auront les agissements de l’enfant (non médicamenté) sur les parents et la fratrie.

 




Le spécialiste de la santé, votre meilleur allié

Qu’importe votre décision, vous devez être confortable avec cette dernière et tenter au maximum de ne pas culpabiliser. Si votre enfant doit prendre sa médication, même l’été, ce n’est pas parce que vous êtes un mauvais parent ou parce que vous désirez « geler » votre enfant. C’est parce qu’il en a besoin et que vous avez son intérêt à cœur.

Dans tous les cas, avant de prendre quelque décision que ce soit, il faut aborder la question avec votre médecin traitant. Il saura explorer, avec vous, différentes options et établir un plan d’intervention qui convient à votre enfant. Aussi, dans l’optique ou la médication serait abandonnée pour la période estivale, c’est également votre médecin qui vous guidera et vous accompagnera pour la réintroduction de la médication : car s’il est déconseillé d’arrêter la médication d’un seul coup, il est tout aussi primordial de ne pas la rétablir n’importe comment.



Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*