Témoignage : L’école et le TDAH

" Tu finiras ta vie laveuse de toilettes ! "

Je me souviens encore. Les yeux dans le vague, rêvassant à mon cheval Blackie ou à ma fille Augusta, fruits de mon imagination débordante.

Je me revois, petite et tranquille, l’esprit accroché à un mot saisi au passage et plongée dans une (autre) histoire inventée de mon cru.

Je me souviens de ces cahiers dont les marges barbouillées trahissaient mes fuites intellectuelles vers un monde parallèle.

Erreurs d’inattention, incapable de terminer un examen…
C’était hier. C’était il y a 30 ans.

J’ai peine à me souvenir avoir aimé l’école.
D’un côté les amis raillards et de l’autre, les enseignants découragés et (avouons-le aujourd’hui) blasés.

D’étiquettes en petites cases, on m’a fait passer d’excentrique à pauvre d’esprit. Entre les mots méchants d’enfants d’école et les phrases assassines des professeurs, j’ai fait mon petit bout de chemin jusqu’en 6ième année.

Il ne me reste rien de ces années, même pas un bout d’amertume…

Seule la condamnation de Mme Genest, enseignante de 3e année, me hante encore aujourd’hui; Tu finiras ta vie laveuse de toilettes, a-t-elle dit devant toute la classe.

Je détestais l’école. À un point tel que je souhaitais mourir.

J’aurais aimé m’effacer comme l’ardoise; en un coup de brosse.

C’était avant Claude Boivin. Mme Claude, cette enseignante de 6e année qui a su voir au-delà des notes, plus loin que les apparences.

Mme Claude était magique. Avec elle, mon imagination débordante est devenu un tremplin vers le succès.

Elle capitalisait sur mes forces pour augmenter mon estime (qui était à raz les pâquerettes) et elle m’a donné des outils, une méthode de travail, qui me sert encore aujourd’hui.

C’était il y a bien longtemps et aujourd’hui, les choses auraient peut-être été différentes.

On m’aurait certainement diagnostiqué un TDAH sans hyperactivité et on m’aurait traité.Peut-être que mon parcours scolaire aurait été un peu moins cahoteux. Qui sait ?

Quoi qu’il en soit, Mme Claude m’a donné ce qu’hier et aujourd’hui j’aurais eu besoin : une instruction sur mesure, une méthode de travail et la confiance en moi.

Souvent, je repense à Mme Claude avec gratitude. Sans elle, je suis convaincue que ma vie aurait été bien différente.

À mon tour, j’ai voulu aider ma belle-fille et d’autres enfants diagnostiqués TDAH. C’est pour ça Info TDAH c’est le retour du pendule.

Oh! Et aujourd’hui, je ne lave pas de toilettes…

 

Annie H.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*