De cauchemar à « presque le fun » : trucs pour faciliter les devoirs

Je ne sais pas chez vous, mais ici, l’heure des devoirs ressemblent à une suite sans fin de supplices. Mini se tortille sur sa chaise (ça, c’est quand il arrive à poser son popotin dessus), il mâchouille son crayon, regarde les lumières du plafond, mange ses ongles… bref, il fait tout. Tout, sauf ses devoirs.

Qu’est-ce qui le rebute : la tâche en elle-même, l’ampleur de cette dernière ou alors, le fait de passer de loooongues minutes à faire des choses qui lui semblent très abstraites? Peut-être toutes ces réponses. Qu’il soit TDAH n’aide en rien. Ceci dit, plusieurs enfants et/ou adultes, préfèrent la procrastination à l’exécution.




Pour aider tout le monde, TDAH ou simples temporisateurs, voici quelques trucs pour survivre aux devoirs et aux tâches obligatoires.

Découper la tâche à accomplir en étapes et se récompenser après chacune d’elles.

Par exemple, la perspective de lire tout un chapitre peut épuiser certains lecteurs avant même d’avoir commencé. Alors, on détermine qu’à toutes les 5 pages, on a le droit de se lever et de faire un truc qui nous plait (boire une gorgée de jus, faire 5 redressements, manger un carré de chocolat, danser dans la cuisine 1 minute, etc.).

Alterner deux tâches

Certaines personnes ont beaucoup de difficulté à ne faire qu’une seule tâche à la fois. La redondance les assomme. Dans ce cas, il est intéressant de débuter 2 travaux simultanément et de les alterner. Par exemple, on peut faire 5 minutes de mathématique, puis 5 minutes de lecture et on alterne ainsi jusqu’à la fin des exercices. Cela peut sembler mélangeant, mais certains cerveaux fonctionnent beaucoup mieux confrontés à la diversification des tâches.

Se débarrasser de ce qui pèse le plus, en premier

On ne peut pas tout aimer. Ce serait trop beau. Alors, pour faciliter l’exécution des tâches, il est conseillé de débuter par ce qui est le plus difficile à faire. Une fois derrière, les autres tâches à accomplir auront l’air d’être du bonbon. Un peu comme manger ses brocolis avant son poulet…

Le sablier

Parfois, le fait de voir le sable s’égrainer aide à garder l’attention. Sachant que la mission à accomplir devrait nous prendre un sablier, ce dernier sert de cadre pour rester concentré.

Les félicitations

Une fois la tâche accomplie, il faut savoir féliciter l’enfant (ou se féliciter soi-même) pour le travail abattu. Plutôt que de focaliser sur les résultats, on capitalise sur le fait que l’accomplissement complet de la tâche. Arriver au bout d’un truc, ce n’est pas rien et ça mérite d’être souligné par des mots d’encouragement.



Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*